Từ điển Phật học

Chủ trương
Thích Nguyên Lộc

Biên tập
Thích Nguyên Hùng
Viên Lợi
Tuệ Lạc


Chùa Vạn Hạnh
3 rue du Souvenir Français
44800 Saint Herblain
Email vanhanh@vanhanh.fr
Site http://www.vanhanh.fr

 Recherche par mot

Tiếng Việt
Français
English
中文
Sankrit,Pali

 Recherche par lettre
a b c e f g h i 
j k l m n o p q 
r s t u v w x y z 

 Recherche par genre:
BouddhasSûtrasNoms-LieuxTermes

Bilingue
VN-FRVN-ENVN-CHFR-VNFR-ENEN-VNEN-FR
Page : 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13 

cinq sortes de maîtres du dharma         Ngũ chủng pháp sư    five kinds of authorities of the doctrine    五種法師    
Ceux qui s'adonnent au cinq pratiques merveilleuses : maître qui garde le Dharma, maître de la lecture du Dharma, maître de la récitation du Dharma, maître de l'enseignement du Dharma, maître de la copie du Dharma.


Cinq sortes de vision        Ngũ nhãn        五眼    pañca cakṣūṃṣi
Cinq "yeux" tels qu'ils sont cités, notamment, dans le Traité de la grande sagesse de Nagarjuna.

1) Oeil du corps matériel (niku-gen, mamsa-caksus) ; œil physique du simple mortel qui perçoit les couleurs et les formes. Cette vision est souvent erronée car elle ne permet pas de distinguer l'eau de l'alcool, par exemple.

2) Oeil divin (ten-gen, divya-caksus) ou la capacité des êtres célestes dans le monde de la forme à voir sans être limités par l'obscurité ou la distance ; vision qui permet d'appréhender les qualités essentielles des choses. C'est le point de vue des scientifiques qui analysent l'eau comme étant une combinaison d'hydrogène et d'oxygène.

3) Oeil de la sagesse (e-gen, prajna-caksus) ; œil de la sagesse ou la capacité qu'ont les auditeurs-shravakas et les pratyekabuddhas à percevoir la non-substantialité de tous les phénomènes ; approche philosophique des choses, compréhension de l'aspect changeant et interdépendant de tout ce qui est, le symbolisme de l'eau, par exemple.

4) Oeil du Dharma (ho-gen, dharma-caksus) qui permet aux bodhisattvas de pénétrer tous les enseignements afin de sauver les hommes ; c'est la vision de celui qui saisit une réalité au-delà des apparences et c'est l'œil du poète qui voit un ensemble signifiant caché ; pour lui une étendue d'eau est un message.

5) Oeil du Bouddha (butsu-gen, buddha-caksus) est l'œil de la compassion. Le Bouddha saisit la nature réelle de toute vie et peut ainsi trouver le meilleur moyen pour guider vers l'Eveil tous les êtres. L'œil du Bouddha inclut les quatre autres facultés de perception.

cinq véhicules        Ngũ thừa    five vehicles    五乗    pañca yāna
cinq véhicules (go-jo, 五乗). Cinq sortes d'enseignements exposés selon les capacités des êtres. Véhicule signifie enseignement amenant à un certain degré de réalisation. Ce sont :
1) celui du commun des mortels ; il permet de renaître sous la forme d'un être humain en honorant les Trois trésors et en observant les cinq préceptes.
2) celui des êtres célestes ; il permet d'atteindre les royaumes célestes par la pratique des dix préceptes de bien et des quatre étapes de méditation ; 3) celui des auditeurs-shravakas ; il permet d'atteindre l'état d'arhat en s'éveillant aux quatre nobles vérités ;
4) celui des pratyekabuddhas ; il éveille à la doctrine des douze liens causaux ;
5) celui des bodhisattvas ; il conduit à l'état de bouddha par la pratique des six paramitas.

cinq voiles         Ngũ cái    Five coverings    五蓋     pañca āvaraṇāni
cinq voiles ou cinq obscurcissements (go-gai, 五蓋). Etats d'esprit qui empêchent l'apparition de l'attitude juste : l'avarice, la colère, l'indolence, l'instabilité émotive (excitation/dépression) et le doute. Le tantrisme voit les obscurcissements comme ce qui empêche la reconnaissance de la nature de l'esprit et des phénomènes et donne comme liste : le voile des émotions, le voile du karma, le voile des tendances fondamentales et le voile du connaissable.

colère         Sân khuể    anger    瞋恚    pratigha
colère [monde-état de] (shinni ou shin, 瞋恚・, dvesha, dosa) ou état d'asura. Quatrième des dix mondes-états et l'une des quatre voies mauvaises. Etat dominé par un soi égoïste qui n'a d'estime que pour lui-même et méprise les autres. Une personne dans cette condition est attachée à l'idée de sa propre supériorité et ne peut supporter d'être inférieure à d'autres en quelque domaine que ce soit.

Compréhension juste        Chánh kiến    Right Belief    正見    samyag-dṛṣṭi
Est une compréhension correcte, vraie, rationnelle, authentique, lucide et appropriée. Cette compréhension va permettre les êtres humains de se libérer de leur mode de vie qui est ignorant et irréaliste.

Concentration juste        Chánh định    right concentration    正定    samyaktva-niyata-rāśi
concentration-extatique        Tam-muội    Samādhi    三昧    samādhi
littéralement "l'état de l'esprit qui se contient lui-même" : deux interprétations 1) état de recueillement profond ("recueillement accompli") et exempt de toute pensée obtenu par la méditation ; dans ce sens le dhyana est un moyen pour arriver au résultat qui est samadhi.
2) samadhi = dhyana = concentration de la pensée sur un seul objet avec une grande intensité. Le Sutra Mahaprajnaparamita dénombre 108 samadhi différentes. Le Sutra du Lotus en cite une vingtaine.

Conditionné, composé        Hữu vi        有爲    saṃskṛta
Être conditionné ou composé implique l'existence de l'acte de création. Ce terme technique est utilisé pour désigner les phénomènes, les choses qui se forment grâce à l'association des causes et conditions. C'est pour cela qu'on les appelle phénomènes conditionnés ou composés, contrairement aux phénomènes non-composés ou non-conditionnés.

Conduite méchante        Ác hành    Evil behavior    惡行    
Tous les actes/paroles/pensées méchants, malhonnêtes, malsains, négatifs.


Conscience immaculée        A ma la thức    Immaculate conscience    阿摩羅識    Amala-vijñāna
La plus profonde des neuf consciences; amala signifie "pur" ou "immaculé - et vijnana, "discernement". Les huit consciences énoncées dans la doctrine de l'école Rien-que-conscience consistent dans les six consciences (discernement par les yeux, les oreilles, le nez, la langue, le corps et le mental), la conscience-mana et la conscience-alaya. A celles-ci, l'école She-lun (Shoron), l'école Tiantai (Tendai) et l'école Hua-yan (Kegon) ajoutent une neuvième conscience, définie comme la base de toutes les fonctions vitales. Alors que la conscience-alaya contient des impuretés karmiques, la conscience-amala est pure, exempte de toute souillure et correspond à l'état de bouddha.

Conscience receptacle        A lại da thức    Receptacle conscience    阿賴耶識    Adãna vijnãna (Àlaya)
Aussi appelée le réceptacle-alaya des perceptions ou dépôt du karma. Il s'agit de la huitième des neuf consciences. Située à un niveau plus profond que la conscience ordinaire; on l'appelle ainsi parce que tout le karma créé au cours de la vie présente et des vies passées y est emmagasiné. Ce réceptacle-alaya est considéré comme ce qui passe par le cycle de la naissance et de la mort et forme le cadre d'une existence individuelle. Tous les actes et toutes les expériences de la vie qui passent par les sept premiers niveaux de conscience sont accumulés en tant que karma dans ce tréfonds-alaya qui, à son tour, influence le fonctionnement des autres consciences. L'école Rien-que-conscience, qui ne postule l'existence que de huit consciences, soutient que tous les phénomènes proviennent de la conscience-alaya et qu'elle constitue donc l'unique et seule réalité.

Contemplation, Fixation        Định        定    samādhi
coproduction conditionnée, interdépendance des phénomènes         Duyên khởi    dependent origination, conditioned genesis, dependent co-arising    縁起    pratītya-samutpāda
Dépendance causale (ou conditionnée) de tout ce qui est. Doctrine bouddhique selon laquelle aucun être ou phénomène n'existe tout seul ; ils existent ou se produisent en raison de leur rapport avec d'autres êtres et phénomènes. Tout dans le monde n'a d'existence qu'en réponse aux causes et aux conditions.

Les 12 maillons de la coproduction conditionnée sont:
1. L'ignorance (avidyā, avijjā) ;
2. Les formations mentales (samskāra, sankhāra) ;
3. La conscience discriminante (vijñāna, vinnāna) ;
4. Le nom et la forme, les phénomènes physiques et mentaux (nāma-rūpa);
5. Les six « sphères » sensorielles (sadāyatana, salāyatana) ;
6. Le contact (sparśa, phassa) ;
7. La sensation (vedanā) ;
8. La soif (tṛṣna, tanhā);
9. L'attachement, l'appropriation (upādāna).
10. Le devenir (bhava).
11. La naissance (jāti).
12. La vieillesse et la mort : (jarā-maraṇa).


Corps formel non-apparu        Ẩn một tướng    Non-appeared definite body    隱沒相    
Un des corps formels du Bouddha. La vie d'un Bouddha est infinie mais ce corps est temporairement se cacher.

Cycle des renaissances        Luân hồi        輪迴    saṃsāra
derniers jours du Dharma        Mạt pháp    latter dharma    末法    saddharma-vipralopa
derniers jours du Dharma ou derniers jours de la Loi (Fin du Dharma, Loi finale, Dharma final, mappo, 末, mofa, saddharma vipralopa, pascimadharma). Dernière des trois périodes qui suit la mort du bouddha Shakyamuni et qui voit le bouddhisme sombrer dans la confusion et l'enseignement de Shakyamuni perdre son pouvoir de mener les gens à l'Eveil. Elle durerait dix mille ans et plus. Selon le Chugan Ron Sho et le Hokke Genron, les derniers jours du Dharma commencent deux mille ans après la mort du Bouddha. Leur début correspond aussi à la cinquième des cinq périodes de cinq cents ans qui suivent la mort du Bouddha et qui sont décrites dans le Sutra Daishutsu. Celui-ci prédit que cette cinquième période sera un Age de conflits (tojo kengo) au cours duquel des moines mépriseront les préceptes et se disputeront entre eux, des points de vue hérétiques prévaudront, et le bouddhisme de Shakyamuni périra. Au contraire, le Sutra du Lotus voit les Derniers jours, quand l'enseignement de Shakyamuni perd de son pouvoir de rédemption, comme le moment où l'essence du Sutra du Lotus, transmise au bodhisattva Jogyo lors de la Cérémonie dans les airs, se propagera. Zhiyi affirme : "Lors de la cinquième période de cinq cents ans, le Dharma merveilleux se répandra et sera un bienfait pour l'humanité longtemps à l'avenir." Et d'après Saicho : "Les Jours du Dharma correct et les Jours du Dharma formel sont presque finis, les Derniers jours sont proches." (Shugo Kokkai Sho) Bien que des recherches modernes tendent à situer la mort du Bouddha vers 500 avant notre ère, la tradition bouddhique la situe en 949 avant notre ère, ce qui amène les bouddhistes japonais à penser que les Derniers jours du Dharma avaient commencé en 1052.

deux véhicules        Nhị thừa    two vehicles    二乘    paramārtha-yāna
deux véhicules (nijo, 二乘). On appelle véhicule l'enseignement et les pratiques susceptibles de représenter une voie permettant de réaliser l'Eveil bouddhique. Le terme, fort commode de nijo s'applique à deux notions.
1) Les enseignements exposés pour les auditeurs-shravakas (shomon) et les pratyekabuddhas, (engaku). Le véhicule des auditeurs-shravakas conduit à l'état d'arhat grâce à l'enseignement des Quatre nobles vérités et les pratyekabuddhas grâce à l'enseignement des douze maillons de la chaîne de causalité. Ces enseignements des deux véhicules constituent ensemble le bouddhisme theravada.
2) Les personnes des septième et huitième des dix mondes-états. Les enseignements provisoires Mahayana, qui formulent la voie de bodhisattva, condamnent les êtres des deux véhicules parce qu'ils ne recherchent que leur propre Eveil sans se préoccuper d'aider les autres, et affirment qu'ils ne pourront jamais atteindre la boddhéité. Le Sutra du Lotus enseigne le véhicule unique de l'état de bouddha et identifie les trois véhicules précédents comme des moyens pour mener les êtres humains à la boddhéité. L’idéal humain établi par les qualités des êtres de ces deux véhicules est présenté comme un moyen habile et graduel utilisé par le Bouddha pour faire progresser ses disciples. Les principaux représentants de ses deux véhicules, tels le disciple Shariputra, se voient prédire leur accession à l’Eveil. A cet égard, comparé à d’autres sutras du Mahayana, le Lotus reconnaît aux auditeurs-shravakas et pratyekabuddhas la capacité d’accéder à l’Eveil mais pas cependant au travers des pratiques propres à ces deux véhicules (nijo jobutsu). Cette nuance est importante.
3) Plus rarement, deux véhicules désigne le Mahayana et le Theravada.

Deuxième niveau d'expérience méditative        Nhị thiền    Second meditation    二禪    Dvitīya-dhyāna
Le deuxième niveau d'expérience méditative comprend 4 états:
- Conserver son calme inférieur
- Avoir la joie
- Avoir le bonheur
- Unifier le sujet et l'objet

Dédicace        Hồi hướng        回向    pariṇāma
Puissent tous les êtres obtenir le bonheur et les causes du bonheur.
Puissent tous les êtres être séparés de la souffrance et des causes de la souffrance.
Puissent-ils connaître le bonheur parfait qui est sans douleur.
Et vivre dans l’équanimité, sans attachement ni aversion en croyant à l’égalité de tout ce qui vit.


Page : 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13