Từ điển Phật học

Chủ trương
Thích Nguyên Lộc

Biên tập
Thích Nguyên Hùng
Viên Lợi
Tuệ Lạc


Chùa Vạn Hạnh
3 rue du Souvenir Français
44800 Saint Herblain
Email vanhanh@vanhanh.fr
Site http://www.vanhanh.fr

 Searh text

Tiếng Việt
Français
English
中文
Sankrit,Pali

 Search by letter
a b c e f g h i 
j k l m n o p q 
r s t u v w x y z 

 Search by category:
BouddhasSutraName-LocationTerms

Bilingual
VN-FRVN-ENVN-CHFR-VNFR-ENEN-VNEN-FR
Page : 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14 

Ten powers of Budha        Dix pouvoirs de Bouddha    Như lai thập lực    如來十力    Daśa balāni
See Ten powers

  Voir "Dix forces"

ten wisdoms            Thập trí    十智    Daśa jñānāni
The ten forms of understanding. I. Hīnayāna: (1) 世俗智 common understanding; (2) 法智 enlightened understanding, i.e. on the Four Truths in this life; (3) 類智 ditto, applied to the two upper realms 上二界; (4), (5), (6), (7) understanding re each of the Four Truths separately, both in the upper and lower realms, e.g. 苦智; (8) 他心智 understanding of the minds of others; (9) 盡智 the understanding that puts an end to all previous faith in or for self, i.e. 自信智; (10) 無生智 nirvāṇa wisdom; v. 倶舍論 26. II. Mahāyāna. A Tathāgatas ten powers of understanding or wisdom: (1) 三世智 perfect understanding of past, present, and future; (2) ditto of Buddha Law; (3) 法界無礙智 unimpeded understanding of the whole Buddha-realm; (4) 法界無邊智 unlimited, or infinite understanding of the whole Buddha-realm; (5) 充滿一切智 understanding of ubiquity; (6) 普照一切世間智 understanding of universal enlightenment; (7) 住持一切世界智 understanding of omnipotence, or universal control; (8) 知一切衆生智 understanding of omniscience re all living beings; (9) 知一切法智 understanding of omniscience re the laws of universal salvation; (10) 知無邊諸佛智 understanding of omniscience re all Buddha wisdom. v. 華嚴経 16. There are also his ten forms of understanding of the "Five Seas" 五海 of worlds, living beings, karma, passions, and Buddhas."


 

tethers of desire            Ái kết    愛結    
 

The anantanirdeśapratiṣṭhāna samādhi        samadhi du lieu des Sens infinis    Vô lượng nghĩa xứ tam muội    無量義處三昧    anantanirdeśapratiṣṭhāna-samādhi
The anantanirdeśapratiṣṭhāna samādhi, into which the Buddha is represented as entering before preaching the doctrine of infinity as given in the Lotus Sūtra.


  Samadhi de Shakyamuni avant qu'il n'enseigne le Sutra du Lotus. Littéralement, ananta signifie "illimité", "infini", nirdesha signifie "description", "élucidation" et pratishthana désigne une base, un appui. Le Sutra des Sens Infinis qui sert de prologue au Sutra du Lotus dit : "Ces significations infinies sont soutenues par un Dharma simple".


The eighteen dhātu        Dix-huit domaines     Thập bát giới    十八界    aṣṭādaśa dhātavaḥ
The eighteen dhātu, or realms of sense, i.e. 六根, 六境, 六識 the six organs, their objects or conditions, and their perceptions.

  dix-huit domaines (ju hachikai, 十八界, dhatu) Classification des phénomènes porteurs de la relation cause à effet faite selon une vision analytique des facultés cognitives.
1) Six objets des sens (six objets, rokkyo) : formes, sons, odeurs, goûts, textures, phénomènes mentaux
2) Six facultés des sens (six racines, rokkon) : facultés de l'œil, de l'oreille, du nez, de la langue, du corps, du mental
3) Six consciences (six consciences correspondantes, rokushiki) : instances de l'appréhension des objets ; conscience de l'œil, conscience de l'oreille, conscience du nez, conscience de la langue, conscience du corps, conscience mentale.

The fourfold stage of mindfulness        quatre méditations hinayana ou theravada    Tứ niệm xứ    四念處    catvāri smṛty-upasthānāni
The fourfold stage of mindfulness, thought, or meditation that follows the 五停心觀 five-fold procedure for quieting the mind. This fourfold method, or objectivity of thought, is for stimulating the mind in ethical wisdom. It consists of contemplating (1) 身 the body as impure and utterly filthy; (2) 受 sensation, or consciousness, as always resulting in suffering; (3) 心 mind as impermanent, merely one sensation after another; (4) 法 things in general as being dependent and without a nature of their own. The four negate the ideas of permanence, joy, personality, and purity 常, 樂, 我, and 淨, i. e. the four 顚倒, but v. 四德. They are further subdivided into 別 and 總 particular and general, termed 別相念處 and 總相念處, and there are further subdivisions.


  Comment purifier le mental ? Dans le mahá Satipaṭṭhāna sutta, Bouddha enseigne que : « la seule voie qui mène à la purification du mental est l'établissement de l'attention. » Il y a quatre établissements de l'attention:
1. Établissement de l'attention sur les mouvements et la matière du corps
2. Établissement de l'attention sur les sensations
3. Établissement de l'attention sur les états de conscience et les pensées
4. Établissement de l'attention sur les phénomènes tels que les visions, les sons, les odeurs, les goûts et les touchers.

L'entraînement à ces quatre établissements de l'attention constitue le seul moyen de purifier le mental.


The fruit of karma            Nghiệp quả    業果    
The fruit of karma, conditions of rebirth depending on previous karmic conduct.


 

The ten essential qualities        Dix modalités d'expression de la vie    Thập như thị    十如是    
The ten essential qualities, or characteristics, of thing, according to the 方便chapter of the Lotus sūtra: 相如是 form; 性如是 nature; 體如是 corpus or embodiment; 力如是 powers; 作如是 function; 因如是 primary cause; 果如是 environmental cause; 果如是 effect; 報如是 karmic reward; 本末究竟等 the inseparability, or inevitability of them all.


  dix modalités d'expression de la vie (ou dix Ainsi, ju nyoze 十如是, shi rushi). Principe extrait de la première partie du chapitre des Moyens du Sutra du Lotus, dans la traduction de Kumarajiva, mis en exergue par Zhiyi. Ce principe constitue l'un des trois facteurs permettant d'aboutir au nombre trois mille dans le système d'ichinen sanzen (Une pensée - 3000). L'extrait du chapitre des Moyens est le suivant : "Ce n'est qu'un Bouddha avec un autre Bouddha qui peut élucider parfaitement l'aspect réel des dharma. Ce qui signifie que pour tous les dharma
Ainsi est l'aspect (so) [apparence]
Ainsi est la nature (sho) [nature]
Ainsi est l'entièreté ou corps-esprit (tai) [entité]
Ainsi est l'énergie, la potentialité (riki) [pouvoir]
Ainsi est l'activité, la production, énergie manifestée (sa) [influence]
Ainsi est la cause latente (in) [cause interne, cause latente]
Ainsi est la condition (en) [cause externe]
Ainsi est l'effet (ka) [effet latent]
Ainsi est la rétribution (ho) [effet manifeste]
Ainsi est la globalité de 1'origine jusqu'à la fin (principe qui maintient toutes ces ainsités en parfaite harmonie) (hon maku kyo to)" [cohérence du début jusqu'à la fin]
N.B. : entre crochets la traduction employée par la Soka Gakkai.
Lorsque l'on dit "ainsi est l'aspect, ainsi est la nature", une des lectures possibles est que le monde nous apparaît comme étant un aspect, une nature, etc. Cela ne signifie pas qu'il soit un aspect, une nature, etc. Dans la combinatoire avec les dix mondes qui entre dans le calcul du nombre 3000, dans l'expression ichinen sanzen (Une pensée trois mille), cela signifie que chacun des dix mondes se manifeste comme un aspect, une nature, une corporéïté, etc. Par exemple, le monde des hommes possède dix modalités d'expression qui lui sont propres et caractéristiques et qui diffèrent de celles des animaux ou des dieux. Ces dix modalités caractérisent ce monde, le différenciant des neuf autres mondes.

The ten essential qualities        Dix mondes-états    Thập giới    十界    
The ten dharma-worlds, or states of existence, i.e. the hells (or purgatories), pretas, animals, asmas, men, devas, śrāvakas, pratyekabuddhas, bodhisattvas, Buddhas. In the esoteric teaching there is a series of hells, pretas, animals, asuras, men, devas, śrāvakas, bodhisattvas, 權佛 relative Buddhas, 實佛 absolute Buddhas.


  dix mondes-états (jikkai, ou ju-hokkai 十界). Abréviation de dix mondes de dharma. Classification établie par Zhiyi, qui distingue dix sortes de "mondes" auxquels appartiennent chacun des êtres : le monde de l'enfer, le monde des esprits affamés, le monde des animaux, le monde des asura, le monde des hommes, le monde des esprits célestes (ou ciel), le monde des auditeurs-shravakas, le monde des pratyekabuddhas (Eveil pour soi), le monde des bodhisattvas, le monde des bouddhas.
Dans les enseignements d'avant le Sutra du Lotus ces "mondes" sont fixes et il est impossible de passer de l'un à l'autre sans renaître, c'est le cycle des vies et morts (samsara). L'existence du simple mortel se perpétue dans les six premiers mondes, et seules les pratiques bouddhiques permettent d'échapper à ces "six voies" pour arriver aux "quatre voies saintes", qui sont les quatre derniers mondes.
L'analyse du Sutra du Lotus fait apparaître que ces dix mondes sont en fait dix états inhérents à la vie et qu'ils se manifestent en réponse à l'interaction entre soi et l'environnement, selon la loi de causalité. De plus, ces dix états se contiennent mutuellement (jikkai gogu). Ainsi l'avidité est grosse de la souffrance (enfer), de l'animalité, de la colère, de la soif d'étudier, de la soif de s'élever spirituellement, etc. Toutes ces potentialités s'expriment au travers des dix ainsi (nyoze) et s'inscrivent dans un espace, une existence (goon) et l'espèce (voir trois domaines). L'ensemble explicite donc qu'à chaque instant de vie il existe 3000 potentialités. C'est la théorie d'ichinen sanzen (une pensée - 3000), point de vue totalement révolutionnaire puisqu'il proclame la possibilité de devenir bouddha dès cette vie.

The third region in the realm of formlessness.        Troisième des quatre royaumes du monde du sans-forme    Vô sở hữu xứ    無所有處    ākiñcanyāyatana
The third region in the realm of formlessness.


  Troisième des quatre royaumes du monde du sans-forme (arupadhatu). Royaume où rien n'existe.

the three evil paths, three bad migrations        trois mauvaises voies    Tam ác đạo    三惡道    sannaku, san-akushu
The hells, hungry ghosts, animals.

  Les trois premiers des dix mondes-états : enfer, esprits faméliques, animalité. En leur ajoutant le monde-état d'asura ils forment les quatre mauvaises voies (shiakudo). Ils sont mis en opposition avec les bonnes voies : hommes, ciel qui, sans être encore très élevés, permettent au moins de sortir de la passivité des trois ou quatre premières.

The threefold body        trois corps    Tam thân    三身    Trayaḥ kāyāḥ
The threefold body or nature of a Buddha, i.e. the 法, 報, and 化身, or dharmakāya, sambhogakāya, and nirmāṇakāya. The three are defined as 自性, 受用, and 變化, the Buddha-body per se, or in its essential nature; his body of bliss, which he "receives" for his own "use" and enjoyment; and his body of transformation, by which he can appear in any form; i.e. spiritual, or essential; glorified; revealed. While the doctrine of the trikāya is a Mahāyāna concept, it partly results from the Hīnayāna idealization of the earthly Buddha with his thirty-two signs, eighty physical marks, clairvoyance, clairaudience, holiness, purity, wisdom, pity, etc. Mahāyāna, however, proceeded to conceive of Buddha as the Universal, the All, with infinity of forms, yet above all our concepts of unity or diversity. To every Buddha Mahāyāna attributed a three-fold body: that of essential Buddha; that of joy or enjoyment of the fruits of his past saving labours; that of power to transform himself at will to any shape for omnipresent salvation of those who need him. The trinity finds different methods of expression, e.g. Vairocana is entitled 法身, the embodiment of the Law, shining everywhere, enlightening all; Locana is 報身; c.f. 三賓, the embodiment of purity and bliss; Śākyamuni is 化身 or Buddha revealed. In the esoteric sect they are 法 Vairocana, 報 Amitābha, and 化 Śākyamuni. The 三賓 are also 法 dharma, 報 saṅgha, 化 buddha. Nevertheless, the three are considered as a trinity, the three being essentially one, each in the other. (1) 法身 Dharmakāya in its earliest conception was that of the body of the dharma, or truth, as preached by Śākyamuni; later it became his mind or soul in contrast with his material body. In Mādhyamika, the dharmakāya was the only reality, i.e. the void, or the immateria1, the ground of all phenomena; in other words, the 眞如 the tathāgatagarbha, the bhūtatathatā. According to the Huayan (Kegon) School it is the 理or noumenon, while the other two are氣or phenomenal aspects. "For the Vijñānavāda... the body of the law as highest reality is the void intelligence, whose infection (saṃkleҫa) results in the process of birth and death, whilst its purification brings about Nirvāṇa, or its restoration to its primitive transparence" (Keith). The "body of the law is the true reality of everything". Nevertheless, in Mahāyāna every Buddha has his own 法身; e.g. in the dharmakāya aspect we have the designation Amitābha, who in his saṃbhogakāya aspect is styled Amitāyus. (2) 報身Sambhogakāya, a Buddha's reward body, or body of enjoyment of the merits he attained as a bodhisattva; in other words, a Buddha in glory in his heaven. This is the form of Buddha as an object of worship. It is defined in two aspects, (a) 自受用身 for his own bliss, and (b) 他受用身 for the sake of others, revealing himself in his glory to bodhisattvas, enlightening and inspiring them. By wisdom a Buddha's dharmakāya is attained, by bodhisattva-merits his saṃbhogakāya. Not only has every Buddha all the three bodies or aspects, but as all men are of the same essence, or nature, as Buddhas, they are therefore potential Buddhas and are in and of the trikāya. Moreover, trikāya is not divided, for a Buddha in his 化身 is still one with his 法身 and 報身, all three bodies being co-existent. (3) 化身; 應身; 應化身 nirmāṇakāya, a Buddha's transformation, or miraculous body, in which he appears at will and in any form outside his heaven, e.g. as Śākyamuni among men.

  trois corps ou triple corps ou trois propriétés du corps de bouddha (san-jin ou honnu musa sanjin, trikaya). Concept adopté par le Mahayana pour organiser différents concepts du Bouddha qui apparaissent dans les sutras. Nichiren compare les trois façons d'envisager l'existence du Bouddha à la lune, au rayonnement de la lune et à son reflet dans l'eau et établit un parallèle entre la pensée, la parole et l'action. Ces trois corps, dont la présence est simultanée, sont les suivants :
- le corps de dharma ou le corps non-manifesté du Dharma (hosshin, dharmakaya, Body of the Law) : il s'agit d'un "corps" de boddhéité éternel et omniprésent. On l'appelle également corps de l'Ainsité. C'est la réalité ultime de la vie, le "corps cosmique" du Bouddha auquel se réfère Shakyamuni dans le chapitre XVI du Sutra du Lotus lorsqu'il parle de l'atemporalité de son Eveil. Mais c'est également le corps des bouddhas infinis de nature identique. Pourtant le simple mortel n'en a pas conscience.
- le corps de rétribution ou propriété de la sagesse ou corps de la fructification (hoshin, hoshinbutsu, 報身・
報身仏, sambhogakaya, Body of retribution) : c'est un reflet du corps de dharma. Pour en décrire 1'action libre et resplendissante, ainsi que la pureté de la perception, on use de l'expression "corps de rétribution qui spontanément reçoit et emploie" On l'appelle également corps de la joie bouddhique car il traduit le bonheur rayonnant du Bouddha à enseigner le Dharma. Il peut être envisagé de deux façons différentes : la sagesse et la gloire. Le corps de sagesse est celui de son enseignement. Le corps de gloire se reflète dans les innombrables hyperboles de la littérature et de l'art religieux de l'Extrême-Orient. Ainsi le Bouddha est doté de trente-deux marques de beauté caractéristiques. Pour signifier l'authenticité de ses paroles on dira qu'il tire une langue longue et large qui monte jusqu'au ciel de Brahma. Le Sutra du Lotus en parle ainsi de ce bouddha : "Il a pratiqué jusqu'à leur terme les innombrables méthodes portant sur la voie des Eveillés ; plein d'audace et d'énergie, son renom s'est universellement répandu" (yu myo sho jin myo sho fu mon) (réf.)
- le corps de manifestation ou corps de l'action (oshin, ojin, 応身・応身仏, nirmanakaya, Body of Condescension, Manifest body) : manifestation du Bouddha en tant que créature. C'est la mise en action du corps de rétribution. Le Corps manifesté peut être subdivisé en inférieur (retsu-ojin) et supérieur (sho-ojin), deux aspects différents manifestés par le Bouddha lorsqu'il agit pour le bien des êtres. Le Bouddha apparaît sous la forme du Corps manifesté supérieur lorsqu'il agit pour le bien des bodhisattvas ayant atteint ou dépassé la première étape de développement, la quarante et unième des Cinquante-deux étapes de la pratique de bodhisattva. Le Bouddha emprunte l'aspect du Corps manifesté inférieur lorsqu'il agit pour le bien du commun des mortels, des personnes des deux véhicules et des bodhisattvas n'étant pas encore parvenus à la première étape de développement.
Certaines conceptions du corps de manifestation peuvent aller jusqu'à signifier le choix d'incarnation auquel procéderait un Bouddha : ainsi le choix de naître sous la forme de Gautama en Inde. Shakyamuni dit de lui-même qu'il s'est montré "tantôt comme lui-même, tantôt comme un autre"(réf.) et qu'il peut apparaître sous les traits d'un enfant, d'un conjoint, d'un ami.
S'appuyant sur le principe qu'il n'y a pas de différence de substance entre un bouddha et un simple mortel Nichiren donne à la notion des trois corps une dimension très large et il parle alors des trois propriétés du Dharma : les propriétés du Dharma, de la sagesse et de l'action.

the white lotus society        Société du Lotus Blanc    Bạch liên xã    白蓮社    
  Byakuren-sha (Bailianshe 白蓮社). "Société du Lotus Blanc". Groupe religieux chinois fondé en 402 par Huiyuan (334-416) et qui pratiquait la méditation sur le bouddha Amida.


Third meditation        Troisième niveau d'expérience méditative    Tam thiền    三禪    Tri-dhyāna
  Le troisième niveau d'expérience méditative comprend 5 états:
- Développer l'équanimité
- L'établissement de l'attention
- La sagesse
- Le bonheur
- L'unification du sujet et objet

third meditation heaven            Tam thiền thiên    三禪天    Tri-dhyāna
 

Third noble person        Troisième noble personne    A na hàm    阿那含    Anāgāmin
Person who does not come back. It is the third of the four noble persons (āryapudgala) who left the nine categories of stains of pleasures and who does not return any more in the world of desire (kāmadhatu).

  Celui qui ne revient pas. C'est la troisième parmi les quatre nobles personnes (āryapudgala) qui a abandonné les neuf catégories de souillures des plaisirs et qui n'a plus à renaître dans le monde du désir (kāmadhatu).

three awarenesses        trois connaissances mystiques     Tam minh    三明    tisro-vidyāḥ
  Trois pouvoirs attribués aux bouddhas et bodhisattvas : 1) la capacité de connaître les vies passées, 2) la capacité de connaître les vies futures, 3) la capacité de connaître la véritable nature de la souffrance dans la vie présente et d'éradiquer les causes de ces souffrances. Ces trois connaissances sont généralement associées aux six pouvoirs mystiques.


three categories of self-restraint        trois plans     Tam giới    三界    trayo dhātavaḥ
Trailokya or Triloka; the three realms; also 三有. It is the Buddhist metaphysical equivalent for the Brahmanic cosmological bhuvanatraya, or triple world of bhūr, bhuvaḥ, and svar, earth, atmosphere, and heaven. The Buddhist three are 欲, 色, and 無色界, i.e. world of sensuous desire, form, and formless world of pure spirit. (a) 欲界 Kāmadhātu is the realm of sensuous desire, of 婬 and 食 sex and food; it includes the six heavens of desire, the human world, and the hells. (b) 色界 Rūpadhātu is the realm of form, meaning 質礙 that which is substantial and resistant: it is above the lust-world and contains (so to speak) bodies, palaces, things, all mystic and wonderful一a semi-material conception like that in Revelation; it is represented in the 四禪天, or Brahmalokas. (c) 無色界 Arūpadhātu, or ārūpyadhātu, is the formless realm of pure spirit, where there are no bodies, places, things, at any rate none to which human terms would apply, but where the mind dwells in mystic contemplation; its extent is indefinable, but it is, conceived of in four stages, i,e. 四空處 the four "empty" regions, or regions of space in the immaterial world, which are 四無色 the four "formless" realms, or realms beyond form; being above the realm of form, their bounds cannot be defined.

  trois plans ou trois mondes ou triple monde ou mondes des 3 plans (san-gai, 三界, trailokya). Système de classification issu de la cosmologie indienne et constitué du plan du désir, du plan de la forme pure et du plan du sans-forme ou informel (arupya-dhatu). Cette triade recoupe les six premiers mondes de la théorie des dix mondes.
- le plan du désir sensuel (yokkai, 欲界, kama dhatu). Le premier niveau du monde des trois plans, appelé ainsi parce que ses habitants sont soumis à divers désirs tels que le désir de nourriture et le désir sexuel. Ce monde est composé des quatre voies mauvaises (mondes de l'enfer, des esprits affamés, des animaux, des asura et des hommes), des quatre continents entourant le Mont Sumeru et des six premiers niveaux du Ciel (les six ciels du monde du désir). Dans le sixième ou plus élevé de ces six ciels vit le Roi-Démon du Sixième Ciel dont on dit qu'il a un grand désir de soumettre les autres à sa volonté et qui maintient les êtres dans 1'asservissement du désir et dans 1'espoir de la réalisation des espérances
- le plan de la forme (shikikai, 色界, rupadhatu). C'est le plan de la matière subtile. Les êtres qui s'y trouvent ont des corps physiques et sont sujets à certaines limitations matérielles, mais ils se sont éveillés à la structure réelle des choses et n'ont aucun désir, se nourrissant de lumière. Ce monde comprend les quatre ciels de la méditation et se subdivise en dix-huit ciels (seize ou dix-sept selon d'autres explications). Le plus élevé est le Ciel Akanishtha (Akanitaten ou Shikikukyoten).
- le plan du sans-forme (mushikikai, 無色界, arupadhatu). Parfois traduit par "monde de l'esprit". C'est le troisième niveau du monde des trois plans. Etant un royaume purement spirituel, il ne peut être situé au-dessus du plan de la forme, bien qu'il soit souvent représenté graphiquement ainsi, pour les besoins de la logique. On dit qu'on peut atteindre le plan du sans-forme par la méditation. Il comprend quatre domaines que l'on conçoit à l'aide de méditations de plus en plus profondes. Il s'agit du domaine où tout est non substantiel (kumuhenjo), du domaine où il n'y a que la conscience (shikimuhenjo), du royaume où rien n'existe (mushousho) et du royaume où il n'y a ni pensée ni absence de pensée (hisohihisosho). Voir le schéma des différents ciels. Et également l'article sur le triple monde.

three conditions        trois catégories d'actions ou trois sortes de karma    Tam nghiệp    三業    Trīṇi karmāṇi
The three conditions, inheritances, or karma, of which there are several groups. (1) Deed, word, thought, 身, 口, 意. (2) (a) Present-1ife happy karma; (6) present-life unhappy karma; (c) 不動 karma of an imperturbable nature. (3) (a) Good; (b) evil; (c) neutral karma. (4) (a) 漏業 Karma of ordinary rebirth; (6) 無漏業 karma of Hīnayāna nirvana; (c) 非漏非無漏 karma of neither, independent of both, Mahāyāna nirvana. (5) (a) Present deeds and their consequences in this life; (b) present deeds and their next life consequences; (c) present deeds and consequences after the next life, There are other groups of three.

  Actions mentales, verbales et physiques, c'est-à-dire les pensées, les paroles et les actes concrets.

Three delusions        Trois illusions     Tam hoặc    三惑     
A Tiantai classification of the three delusions, also styled 三煩惱; 三漏; 三垢; 三結; trials or temptations, leakages, uncleannesses, and bonds. The first of the following three is common to all disciples, the two last to bodhisattvas. They arise from (a) 見, 思, 惑 things seen and thought, i.e. illusions from imperfect perception, with temptation to love, hate, etc.; to be rid of these false views and temptations is the discipline and nirvāṇa of ascetic or Hīnayāna Buddhists. Mahāyāna proceeds further in and by its bodhisattva aims, which produce their own difficulties, i.e. (b) 塵沙惑 illusion and temptation through the immense variety of duties in saving men; and (c) 無明惑 illusions and temptations that arise from failure philosophically to understand things in their reality.

  trois illusions ou trois catégories d'illusions (san-waku, 三惑). Classification établie par Zhiyi. 1) Les illusions de la pensée et du désir (kenji waku, 見思惑) : visions déformées de la vie qui naissent du contact des cinq sens avec leurs objets respectifs et qui sont la cause des souffrances humaines dans les six mauvaises voies. Pour les êtres des deux véhicules, dissiper ces illusions garantit l'entrée au nirvana et la libération des renaissances dans le monde des trois plans. Les bodhisattvas poursuivent leur pratique pour éliminer les deux catégories d'illusions suivantes ; 2) Les illusions du bodhisattva pour maîtriser d'innombrables enseignements en dehors de celui qui permettrait de véritablement sauver tous les êtres humains. (égarements des poussières jinja waku) ;
3) Les illusions sur la véritable nature de la vie. Ce sont elles qui empêchent les bodhisattvas de parvenir à l'Eveil, c'est-à-dire de s'éveiller à la vérité de la voie du milieu ; (égarements de l’obscurité, mumyo waku).


Page : 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14